COVID-19 : LIVRAISON SÉCURISÉE OFFERTE + RETOURS SOUS 90 JOURS

0

Votre panier est vide

art japonais
21-05-2020

L’art au Japon

7 minutes de lecture

L'art japonais couvre un large éventail de styles et de supports artistiques, y compris la poterie ancienne, la sculpture, la peinture à l'encre et la calligraphie sur soie et papier, les peintures ukiyo-e et les gravures sur bois, la céramique, l'origami et, plus récemment, le manga, ainsi qu'une myriade d'autres types de dessins. Son histoire est longue, allant des débuts de l'habitat humain au Japon, au 10e millénaire avant J.-C., jusqu'au pays actuel. 


Découvrons ensemble l’histoire et les caractéristiques de l’art au Japon


Brève histoire de l’art japonais

château histoire art Japon

Le Japon a été soumis à des invasions soudaines d'idées nouvelles suivies de longues périodes de contact minimal avec le monde extérieur. Avec le temps, les japonais ont développé la capacité d'absorber, d'imiter et enfin d'assimiler les éléments de la culture étrangère qui complétaient leurs préférences esthétiques. Le premier art complexe au Japon a été produit aux VIIe et VIIIe siècles en relation avec le bouddhisme. Au IXe siècle, alors que les japonais commençaient à se détourner de la Chine et à développer des formes d'expression indigènes, les arts séculiers ont pris une importance croissante ; jusqu'à la fin du XVe siècle, les arts religieux et séculiers ont tous deux prospéré.

Après la guerre Ōnin (1467-1477), le Japon est entré dans une période de bouleversements politiques, sociaux et économiques qui a duré plus d'un siècle. Dans l'État qui a émergé sous la direction du shogunat Tokugawa, la religion japonaise a joué un rôle beaucoup moins important dans la vie des gens, et les arts qui ont survécu étaient principalement laïques. La peinture est l'expression artistique préférée au Japon, pratiquée aussi bien par les amateurs que par les professionnels. Jusqu'à l'époque moderne, les japonais écrivaient avec un pinceau plutôt qu'avec un stylo, et leur familiarité avec les techniques du pinceau les a rendus particulièrement sensibles aux valeurs et à l'esthétique de la peinture.

Avec l'essor de la culture populaire à l'époque d'Edo, un style d'estampes sur bois est devenu une forme majeure d’expression et ses techniques ont été perfectionnées pour produire des estampes colorées. Les japonais, à cette époque, ont trouvé dans la sculpture un moyen d'expression artistique beaucoup moins sympathique ; la plupart des sculptures japonaises sont associées à la religion, et l'utilisation de cet art a décliné avec la diminution de l'importance du bouddhisme traditionnel. Les céramiques japonaises sont parmi les plus belles du monde et comprennent les plus anciens artefacts connus de leur culture. En architecture, les préférences des japonais pour les matériaux naturels et l'interaction de l'espace intérieur et extérieur sont clairement exprimées.


Point central de l’art japonais : les concepts esthétiques

Art japonais ancien tissu

Les conceptions esthétiques du Japon, issues de diverses traditions culturelles, ont été formatrices dans la production de formes d'art uniques. Au fil des siècles, un large éventail de motifs artistiques se sont développés et ont été affinés, s'imprégnant d'une signification symbolique. Comme une perle, ils ont acquis de nombreuses couches de signification et une haute importance. L'esthétique japonaise fournit une clé pour comprendre les œuvres artistiques perceptiblement différentes de celles provenant des traditions occidentales. Dans la tradition artistique de l'Asie de l'Est, la Chine a été le professeur reconnu et le Japon l'étudiant dévoué.

Néanmoins, plusieurs arts japonais ont développé leur propre style, qui peut être différencié des divers arts chinois. L'approche monumentale, symétriquement équilibrée et rationnelle des formes d'art chinoises est devenue miniaturisée, irrégulière et subtilement suggestive entre les mains des japonais. Les rocailles miniatures, les petites plantes (bonsaïs) et les ikebana (arrangements floraux), dans lesquels les quelques œuvres sélectionnées représentaient un jardin, ont été les activités favorites des aristocrates raffinés pendant un millénaire et sont restées une partie de la vie culturelle contemporaine.

La diagonale, qui reflète un flux naturel, plutôt que le triangle fixe, est devenue le dispositif structurel privilégié, que ce soit dans la peinture, l'architecture ou la conception de jardins, les pas de danse ou les notations musicales. Les nombres impairs remplacent les nombres pairs dans la régularité d'un motif maître chinois, et une traction sur un côté permet à un motif de tourner le coin d'un objet tridimensionnel, donnant ainsi une continuité et un mouvement qui font défaut à un dessin frontal statique. Les peintres japonais ont utilisé les dispositifs de coupure, de gros plan et de fondu enchaîné dès le XIIe siècle dans la peinture sur rouleau de style yamato-e, ou japonais, ce qui explique peut-être en partie pourquoi le cinéma moderne a été une forme d'art si naturelle et si réussie au Japon.

Art jardin Zen japonais

La suggestion est utilisée plutôt que l'affirmation directe ; les allusions poétiques obliques et les mélodies et pensées allusives et peu concluantes se sont avérées frustrantes pour l'occidental qui tente de pénétrer les significations de la littérature, de la musique, de la peinture et même du langage quotidien. Les japonais ont commencé à définir ces idées esthétiques dans un certain nombre de phrases évocatrices au moins au Xe ou XIe siècle. Les raffinements courtois de la période aristocratique Heian ont évolué vers l'élégante simplicité considérée comme l'essence du bon goût dans l'art discret qu'on appelle shibui. Deux termes issus des pratiques méditatives bouddhistes zen décrivent des degrés de tranquillité : l'un, le repos que l'on trouve dans l'humble mélancolie (wabi), l'autre, la sérénité qui accompagne la jouissance d'une beauté soumise (sabi).

La pensée zen a également contribué à un penchant pour combiner l'inattendu ou l'étonnant, utilisé pour secouer la conscience vers l'objectif de l'illumination. Dans l'art, cette approche s'est exprimée par des combinaisons de matériaux aussi improbables que le plomb incrusté dans la laque et par des images poétiques qui s'entrechoquent. Des images et des motifs à l'humour inattendu et parfois grotesques sont également issus du zen kōan (énigme). Bien que les arts aient été principalement séculiers depuis la période Edo, l'esthétique et les méthodes de formation traditionnelles, provenant généralement de sources religieuses, continuent à sous-tendre les productions artistiques (chaque artiste, qu’il soit sculpteur, architecte, peintre ou autre ayant apporté sa contribution).


La place particulière de la peinture dans l’art nippon

peinture vaisselle motifs japonais

Influences de la peinture nippone

La peinture japonaise (estampe japonaise, kaiga, ou gadō) est l'un des arts visuels japonais les plus anciens et les plus raffinés, englobant une grande variété de genres et de styles. Encore aujourd’hui, de Tokyo à Kyoto et dans le monde entier, les collectionneurs contemporains se les arrachent et sont présents à chaque collection, ou exposition en musée. Comme pour l'histoire des arts japonais en général, la longue histoire de la peinture japonaise témoigne de la synthèse et de la concurrence entre l'esthétique japonaise autochtone et l'adaptation d'idées importées, principalement de la peinture chinoise, qui a été particulièrement influente à un certain nombre de points.

L'influence occidentale significative ne se manifeste qu'à partir de la fin du XVIe siècle, à partir du moment où l'art japonais a influencé celui de l'Occident. Les domaines dans lesquels l'influence chinoise a été significative à plusieurs reprises sont la peinture religieuse bouddhiste, la peinture au lavis de paysages dans la tradition de la peinture littéraire chinoise, la calligraphie des idéogrammes et la peinture des animaux et des plantes, en particulier des oiseaux et des fleurs. Cependant, des traditions typiquement japonaises se sont développées dans tous ces domaines.

estampe japonaise traditionnelle

Le sujet qui est largement considéré comme le plus caractéristique de la peinture japonaise, et plus tard de la gravure, est la représentation de scènes de la vie quotidienne et de scènes narratives qui sont souvent truffées de figures et de détails. On retrouve par exemple des scènes de combats de samouraïs, la cérémonie du thé...  Cette tradition a sans doute débuté au début du Moyen Âge sous l'influence chinoise, dont on ne peut plus retracer l'histoire, sauf en termes très généraux, mais à partir de la période des premiers travaux qui ont survécu, elle s'est développée en une tradition spécifiquement japonaise qui a perduré jusqu'à la période moderne. La liste officielle des trésors nationaux du Japon (peintures) comprend 162 œuvres ou ensembles d'œuvres du VIIIe au XIXe siècle qui représentent des sommets de réalisation, ou de très rares survivants des premières périodes.

Ces œuvres se sont aussi détournées sur l’habillement nippon, les costumes traditionnels (kimono, kimono de samouraï...) arborent souvent des motifs artistiques emplis de significations. Cette tendance asiatique est arrivée jusque dans la mode occidentale, où l’on retrouve des sweats à capuche portant ces motifs, ou encore des vestes et des accessoires tels que des casquettes ou des bobs. Hérités des costumes japonais, ces vêtements se retrouvent jusque dans la mode streetwear actuelle. Bien loin des œuvres japonaises d’origine, ces produits nous montrent à quel point les illustrés nippons ont eu de l’impact sur toutes les formes d’expressions du monde. 


Ce que les tableaux nippons nous ont apporté

Lofty Trend tableau cerisier fleurs roses

L’importance des tableaux n’a donc pas diminué, voire même augmenté au fil des époques dans l’art japonais et même l’art mondial de manière générale. A ce titre, découvrez la boutique Lofty Trend : une boutique de tableaux. Explorez les univers artistiques des tableaux de cette boutique, façonnés à partir de photographies d’artistes contemporains. Dans un univers sobre et chic, Lofty Trend vous propose des chefs d’oeuvre représentant des paysages, des animaux, des fleurs et bien d’autres images, pour habiller votre intérieur d’objets d’art moderne, héritiers d’arts asiatiques et mondiaux millénaires.

La France et le Japon, notamment, se rejoignent dans les illustrations de ces toiles, comme le reste du monde et ses merveilles naturelles. Ainsi, vous pouvez décorer votre intérieur de manière traditionnelle mais aussi de manière contemporaine, avec des tableaux de différentes influences. La peinture est devenue un art populaire et les peintures japonaises se sont déclinées dans l’art occidental en des tableaux variés, plus ou moins proches de leurs influences d’origine : la culture du Japon. Vous pouvez notamment trouver pour votre intérieur des tableaux décoratifs (arts décoratifs, art moderne) représentant de nombreux éléments des arts plastiques nippons, comme les paysages, la nature ou les animaux, mais aussi des images plus occidentales et modernes.



La culture japonaise a apporté au monde de l’art bien des éléments que l’on retrouve encore aujourd’hui. Les estampes japonaises mais aussi l’aquarelle (venue de l’encre de Chine), la gravure sur bois ou encore le théâtre kabuki nous viennent du pays du soleil levant, tout comme, de manière plus récente, les mangas. Détournés au fil des siècles dans notre culture occidentale, ces oeuvres du japonisme sont encore présentes dans l’art mondial actuel. 


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.